La généalogie, ou la recomposition d’une lignée


La généalogie, ou la recomposition d’une lignée


En tant que science de la composition des familles, la pratique généalogique se retrouve déjà chez les Grecs qui, au cours de l’Antiquité, forgent le terme de « généalogie » à partir des racines genea, « génération », et logos, « connaissance ». 

Dès son origine, elle a pour but d’établir une éventuelle « noblesse de sang » d’un individu : la recherche d’aïeux, plus ou moins illustres, permet de rattacher l’individu en question à une histoire familiale, à des titres, à des propriétés, à des faits remarquables, entre autres. En s’appuyant sur l’histoire, l’héraldique, la paléographie, la génétique ou la géographie, la sociologie et d’autres disciplines sœurs encore, la généalogie sonde des documents très divers et emprunte une approche pluridisciplinaire pour tenter de reconstituer, au mieux, le « contexte de vie » de chacun de nos ancêtres.


Enjeux et méthodes généalogiques : quelques précisions 

Concrètement, cette discipline nous sert toujours à déterminer ce qu’on appelle la « filiation » d’une personne, c’est-à-dire la recherche de ses divers liens de parenté dans les archives. Différentes représentations sont utilisées pour schématiser les relations interpersonnelles : l’arbre généalogique est la forme la plus connue, et utilisée. 

La généalogie est particulièrement exploitée dans deux domaines : 

  • D’une part, la généalogie dite successorale qui prend généralement part dans le cadre d’une affaire de succession notariale, à la suite du décès d’une personne.
  • D’autre part, celle dite familiale, qui satisfait la curiosité des clients désireux de retracer un pan de leur propre histoire.


Pour ce faire, le généalogiste peut, selon la nature de la recherche, mobiliser différents modes opératoires :

  • La généalogie ascendante se concentre à partir d’un individu et cherche à remonter les générations pour trouver des ancêtres. L’individu à la base de l’arbre généalogique s’appelle le « de cujus ». En remontant progressivement son ascendance nous trouvons donc ses parents, puis ses grands-parents et ainsi de suite. 


La recherche peut se concentrer uniquement sur l’ascendance paternelle ou maternelle de l’individu. Elle peut autrement être agnatique (ou patronymique), c’est-à-dire exclusivement basée sur les individus de sexe masculin, ou au contraire cognatique, si elle s’intéresse et considère indifféremment les individus, en dépit de leur genre. 

  • La généalogie descendante concerne quant à elle tous les individus issus d’une personne ou d’un couple, dans un processus contraire à l’ascendante, qu’il s’agisse d’une recherche de ligne directe, ou de collatéraux (elle cherche par exemple à déterminer d’éventuels liens de cousinages).


Le cabinet Chercheur d’Histoires compte sur un réseau de professionnels qualifiés :  

  • Localisation : France ou à l’internationale
  • Objectif : optimisation des coûts 
  • Garantie : compétences professionnelles certifiées 
  • Assurances : responsabilité civile et protection juridique

OBTENEZ UN DEVIS PERSONNALISÉ